PROGRAMME POLITIQUE PPP : POPULATION -PLANETE – PROSPERITE. ESQUISSE PEDAGOGIQUE D’UN CADRE DE REFERENCE ET D’ELABORATIONS D’INDICATEURS

Ndukur Kacc Essiluwa Ndao
PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX SUR LES 3 PILIERS DE L’APPROCHE PROGRAMMATIQUE
Le concept de PPP (Population, Planète, Prospérité). 3 piliers peuvent structurer ce programme.
1. D’abord la disponibilité, l’accessibilité (géographique et financière) et la qualité. Dans les domaines essentiels qui touchent à la dignité des gens et leur développement. Eau, aliments, logements,, sante, assainissement, éducation, emploi, energie, mobilité, information, culture et patrimoine, intégrité et sécurité des personnes et biens, justice libre et équitable, institutions fortes, paix et stabilité…Pour chacun on peut aller plus loin et sortir des indicateurs et des états de reference, une cible et des modalités opérationnelles pour y arriver.
2.  Le second pilier est la creation de valeurs économiques pour les personnes et les entreprises nationales. Satisfaire les besoins dans la limite de nos ressources, fonder une economie inclusive, saine et durable. Je ne dis pas “lutter contre la pauvreté”. Je dis créer de la valeur. Dans tous les secteurs, élargir l’assiette. Là aussi idem. Un cadre de reference transparent pour évaluer, corriger, rendre compte.
3. Le dernier pilier qui est la base de tout, est le capital naturel. La qualité de l’environnement et son utilisation efficiente. Eau, air, sol, biodiversité et écosystèmes, efficacité dans la gestion des ressources naturelles, la gestion urbaine, celle des déchets, etc. On peut entrer dans les details de chaque point. L’idée est de structurer les choses de manière plus holistique. Avec un cadre de référence et des indicateurs.
Prenons la notion de institutions fortes. On doit tous être d’accord que c’est la capacité de la population à bénéficier d’institutions efficaces, responsables et inclusives, favorables à la mise en place d’un ’état de droit et à la stabilité politique et économique en général. C’est une protection réelle contre la corruption, la subordination et le népotisme dans toutes leurs formes, les flux financiers et d’armes illicites, toutes les formes de criminalité organisée et l’ingérence dans l’état dans la justice et récupération et restitution des avoirs volés. Il y a des indicateurs connus pour un Etat de droit. Mettons les en contexte et appliquons les. Ils portent sur les forces de sécurité et de défense, le système judiciaire, pénitencier, les corps de controle, les transactions financières, etc.
Sur l’energie, à titre d’exemple. Accessibilité de la population à l’énergie moderne, y compris: l’accès des ménages à un niveau minimum d’électricité et à des systèmes de cuisson plus sûrs et plus durables; accès à l’énergie permettant une activité économique productive et à une énergie moderne pour les services publics, tels que les établissements de santé, les écoles et l’éclairage des rues. Qui ne serait pas d’accord sur cela ? Et on peut trouver des indicateurs d’accès, de coût, de retombées économiques.
Mais je pense que méthodologiquement un candidat aurait pu travailler avec des experts et sur la base d’une consultation pour sortir quelque chose de mieux articulé que les professions de foi. En attendant nous reviendrons dans une seconde partie sur les cadres de références et les indicateurs associés  des autres piliers et comment les opérationnaliser.
NKEN
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *