MA REPONSE A DR. AHMED APAKENA DIEME DU MFDC

Ibrahima SENE

Docteur, permettez moi d’exprimer d’abord mon admiration devant l’étendue de votre savoir à propos des questions que j’ai soulevées. Rares sont les Sénégalais avec qui j’ai eu à débattre sur des questions essentielles pour notre Nation, à voir fait preuve d’autant d’érudition. Vous avez réagi en expert avisé, certes, mais aussi en partisan, sans équivoque, d’une cause et d’un camp. 

Je remarquerai, d’abord, qu’il est tentant de considérer comme « amalgame » , comme vous l’avez fait, le traitement contextualisé de deux phénomènes apparemment différents, à savoir, « l’arrestation de présumés jihadistes » et la « reprise des violences » par le MFDC.

Vous ne voulez pas y voir un « lien », et avez réfuté celui que j’ai cité et qui met en cause les USA et la France dans leur politique d’instrumentalisation de « mouvements rebelles et/ou jihadistes » à leurs fins géostratégiques. 
Je comprends qu’un tel « lien » peut vous déranger en temps que « Cadre du MFDC » fortement attaché à l’implication des USA dans la crise Casamançaise.

Cependant, je vous mets au défi de produire un seul cas, dans le monde, où cette implication a apporté la paix, la stabilité et la réconciliation dans un pays quelconque.

Au contraire, même l’histoire la plus récente prouve que cette implication rime avec plus de déstabilisation, plus de violence, mais jamais la « paix ».

Vous voulez nous faire croire que la Casamance serait une exception ! Croyez cela si vous voulez, mais ne nous prenez pas pour demeurés ! 

De même, vous semblez me reprocher d’être contre le « Droit d’asile » dont bénéficient des cadres du MFDC en Europe et aux Amériques du Nord.

Vous vous trompez. Je respecte ce « Droit humanitaire » qui permet de sauver des vies d’une répression certaine. 
Mais le « Droit d’asile » implique, selon les Nations Unies, un « Devoir » que devrait respecter scrupuleusement le bénéficiaire, sous peine de le perdre.

En effet, il est formellement interdit au bénéficiaire d’un « Droit d’asile », de mener ou de tenir des propos publics visant à déstabiliser et/ou à inciter des violences dans le pays qu’il a quitté.
Dans le cas échéant, les autorités du pays d’accueil ont le devoir d’y mettre fin, et en cas de récidive, d’expulser hors de leur territoire, le bénéficiaire du « Droit d‘asile ».

C’est dans ce cas de figure que se classent les agissements publics de certains cadres du MFDC en France, mais pas encore en Allemagne ou ailleurs.

A qui profite donc ce « crime » ? Pourquoi refusez que la France soit interpelée à prendre ses responsabilités pour faire appliquer la loi en matière d’asile politique dans son propre pays ?
L’impunité dont jouissent ces cadres du MFDC ne peut signifier d’un « acte d’hostilité » de la France vis à vis du Sénégal, que les Républicains et Démocrates de ce pays devraient dénoncer, et exiger de nos autorités qu’elles assument leur responsabilité vis à vis de la France sur ces agissements qui menacent notre sécurité.
L’attitude des USA et de la France vis à vis du MFDC, devrait interpeller tout patriote de ce pays. 
Que vous ne puissiez pas le faire se comprend bien, mais delà à vouloir nous faire prendre des « vessies pour des lanternes », c’est vous méprendre profondément.

De même, vous tentez de nier l’instrumentalisation par les USA du « fondamentalisme islamique » à leurs fins géostratégiques, qui est pourtant, aujourd’hui, notoire.

Ces deux puissances ne sont, certes, pas à l’origine du « fondamentalisme islamique », mais son instrumentalisation au Moyen Orient et en Afrique Sahélienne par ces deux puissances ne fait plus l’ombre d’un doute. 
Et c’est curieux qu’un expert aussi averti que vous ne l’ayez pas remarqué. 

Mais je comprends sans le partager, votre attachement à la politique interventionniste de ces deux grandes puissances, étant donné que vous êtes sous leurs ailes protectrices !
Les Sénégalais de Casamance et d’ailleurs ne vous pardonneront jamais de vous lier aux entreprises de déstabilisation, qui sont la marque de fabrique de la politiqué étrangère des USA et de la France dans notre sous région. 

Maintenant, quant à la légitimité de votre « lutte armée pour l’Indépendance de la Casamance », je suis resté sur ma faim, étant donné que vous n’avez produit aucun fait, ou document historique pouvant l’attester.
Ce qui est historiquement établi sans contestation possible, c’est que les dirigeants du MFDC ont participé à côté des dirigeants d’autres mouvements autonomes de la Colonie du Sénégal, au Premier Gouvernement Autonome, mis en place par le BDS qui a gagné les élections organisés en 1956 sur toute l’étendue de la colonie.
Mieux, ils ont participé, dans le cadre de l’UPS, à sillonner toute la colonie pour appeler à refuser l’Indépendance du Sénégal lors du Référendum de 1958. 

Et c’est dans le cadre de ce gouvernement autonome qu’ils ont acquis, avec leurs compagnons, les attributs de l’Indépendance en 1960. 

Comment après tout ce compagnonnage de nos peuples dans la lutte pour l’Indépendance nationale du Sénégal, peut on légitimement, vingt ans après, poser la question de l’Indépendance de la Casamance, sous prétexte qu’elle ne faisait pas partie de la « colonie du Sénégal », et qu’elle est devenue « une colonie du Sénégal » ? 
C’est cela qui fonde la non reconnaissance de la légitimité de cette revendication par la plus part des Sénégalais de Casamance et d’ailleurs.

Que la Casamance, à l’instar des autres régions du Sénégal qualifiées de « périphéries », ait été victime du développement inégal du capitalisme sous la colonisation,est un fait historique indéniable que l’Indépendance du Sénégal aurait dû aider à rectifier. 

C’est ce retard qui justifie le mécontentement ambiant des habitants de ces régions, mais qui ne peut aucunement justifier l’avènement d’un séparatisme.

Les Sénégalais de Casamance qui en sont conscients, luttent à côté des Sénégalais de toutes les régions du pays dans des Partis politiques, syndicats et autres organisations de la Société civile sur des bases nationales, pour un développement équilibré et étquitable de toutes les régions du pays.

C’est à ce combat que le MFDC est appelé à participer en acceptant de renoncer aux revendications séparatistes, et à accepter de participer à l’avènement de conditions politiques permettant le rétablissement de la paix et de la sécurité au Sénégal et dans les pays de son voisinage immédiat.

Les Conclusions des Assises nationales du Sénégal de 2008 en donnent les bases. 
C’est donc aux patriotes Sénégalais de Casamance et d’ailleurs, d’en saisir l’oppotrunité, pour sortir nos peuples des difficultés qui les assaillent quotidiennement.

M. Ibrahima SENE

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *