LE PACTE DE MARRAKECH SUR LES MIGRATIONS. CHANGER DE NARRATIFS. C’EST L’AFRIQUE QUI EST ENVAHIE

Ndukur Kacc Essiluwa Ndao
Dans une indifférence synchronisée et générale, le Pacte de Marrakech sur les migrations est en discussions. Un texte pour des « migrations sûres, ordonnées et régulières » qui été approuvé hier lundi 10 décembre au Maroc. Ce texte doit encore être ratifié le mercredi 19 décembre lors de l’Assemblée générale des Nations unies. Je n’ai vu aucune réaction africaine à propos du pacte de Marrakech sur les migrations. Ni même depuis le debut de cette discussion à New York. Silence radio en Afrique pourtant particulièrement concernée par cette sensible question. Pourtant ce document de 41 pages soulève de réelles controverses en Europe y compris en France. En Europe les nationalistes et libéraux s’insurgent contre ce pacte. Même certains gilets jaunes en parlent sous l’influence des milieux nationalistes qui nous reviennent avec leur bonne vieille et fausse théorie sur l’invasion organisée de l’Europe, etc.
Et si les africains demandaient la régulation de l’invasion de l’Afrique ? Ce pacte méritait plus de discussions en Afrique. Il pose aussi le problème de la cristallisation du débat sur les migrations. Il y aurait seulement 3% de la population qui a migre que, par conséquent, 97% vivent dans le pays dans lequel ils sont nés. Quels sont les impacts économiques des migrations dans les deux sens ? Pourquoi l’Afrique accepte toujours le siège du “pestiféré” ? Aujourd’hui je vois des pays se retirer de ce fameux pacte.  Autriche, Australie, Chili, République tchèque, République dominicaine, Hongrie, Lettonie, Pologne et Slovaquie.
On peut et doit changer ce narratif. L’Afrique est le continent envahi. Par le contraire. Nos structures de recherche devraient aider à mieux saisir ces nouvelles tendances pour changer de paradigmes et ces faux narratifs. Nos mouvements sociaux et politiques aussi. Nos” nationalistes” panafricanistes, cheikh antaistes, etc. Pourquoi devons nous laisser les gens nous tailler des pactes même “éthiques” pour nous sauver aujourd’hui en 2018 ? L’extreme droite en Europe affirme que c’est pour organiser le remplacement des travailleurs européens par les migrants (sic). Dans le texte on parle de rendre les périples migratoires moins dangereux, « sauver des vies » par une action internationale coordonnée, lutter contre les passeurs et la traite des personnes. 
Parce qu’il est atypique. Parce qu’il est l’expression du dégagisme, etc. etc. Mais parce aussi cela représente ce que nous aurions souhaité voir chez nous. Des gens qui portent personnellement et sans attendre le “caporal” leur mal être et leur dégoût. Mais cela nous renvoit aussi à nos lacunes. Une société d’assistés ou chacun attend et le “mot d’ordre” et la “paye” pour mener des actions. Une société de “figurants et de perroquets”. Au point que même pour l’election présidentielle des gens qui ont tout obtenu vont déculotter pour servir de “candidats leurres”, de lapins pour brouiller le jeu, disperser les energies juste pour “sauvegarder ” leurs macarons, ou ajouter une brique de plus à leur butins.
Voila la prouesse de passer à coté de la plaque sur les questions essentielles. Et notre intelligence collective épouse les contours d’une feuille morte emportée par la “une” des médias et des “bruits entretenus”. Qui manipule qui ? Si on troque le “bleu de travail” au “gilet jaune” on passsera notre temps a regarder les autres se battre dans leurs contextes et selon leurs priorités. Il n’existe par de formes antipolitiques de lutte.
NKEN
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *