ELECTION PRESIDENTIELLE : RETOURNER AU TRAVAIL


Ndukur Kacc Esiluwa Ndao

La campagne électorale bat son plein avec ses contrastes. Macky est plutôt minable avec son conglomérat. Aucune touche personnelle. Ses projets brandis sont chers payés sur un champ qui va de la gare de Dakar à AIBD. A 90% il faut rendre hommage à Wade. Son équipe est illustrative de sa vision. Qu’il nous explique la présence de ces gens. Ces “valeureux vautours”. Par ses dénonciations Sonko a le mérite de les bousculer et les “énerver”. Ce qui explique les attaques contre lui. Il n’a pas d’alliés de taille du fait de la “reconfiguration systémique”. Les linked -minded se retrouvent. Ce que je n’ai pas aimé, c’est la dernière danse de Macky avec les requins. Terrible cette image. Atépa n’est pas dans la rupture. Allez courtiser les “crieuses publiques” qui finissent toujours par rentrer à l’étable ne fait que brouiller le projet de rupture de Sonko. Il devra être prêt à se défendre car d’autres attaques plus perfides vont arriver. Les chiens de garde attendent pour lui porter l’estocade sur son financement, etc. On va entrer dans le « deep fake ». Falsification et manipulation.

Macky aurait dû nous dire combien de sénégalais sont sortis de la pauvreté ? Combien de jeunes ont trouvé un stage ? Je ne parle pas d’emplois. Combien de sénégalais ont accès à l’eau, à l’électricité ? Combien mangent à leur faim 2 fois par jour ? Combien ont fait l’impasse sur le petit déjeuner ? Combien d’abris provisoires il reste ? Combien de sénégalais ont accès aux soins ? Est-ce-que les salaires des enseignants, médecins, infirmiers ont été valorisés proportionnellement à ses juges et gardes chiourmes ? Combien de sénégalais sont en attente de jugements dans nos prisons ? Combien de jeunes ont pris le chemin de barca ou barsakh ? Combien nos ressources naturelles ont généré pour les sénégalais ? Combien de dossiers de la CREI ont été traités à part nos deux voleurs symboliques ? Où sont les résultats des enquêtes de satisfactions pour les services publics ? Quel est l’impact socio-économique de l’amélioration de la mobilité ?


Je vois les gens qui exhibent des diaporamas de bâtiments, de routes et des photos de “réception” d’ouvrages. C’est comme montrer la photo d’un gâteau à un affamé et lui dire ” tu as vu donc tu as mangé”. On est dans le deepfake. Combien nous coutent Macky et sa horde ? On navigue entre diversion et enfumage politique. Entre ceux qui présentent un iceberg-ilot marron de “réalisations” dans une mer nauséabonde de surfacturations, de détournements, de gaspillages, de justice expéditive, de dérives claniques et de largesses au profit du capital étranger. Et ceux qui proposent des “solutions prêt à porter” sans nous dire concrètement comment les réaliser. Et puis ceux qui font la langue de bois en oubliant que sans justice et équité pas de paix durable.

Idy a l’avantage de connaitre le système dont il est issu. Il fera surement mal. Il aura le capital sympathie des “dépites” de Macky qui ne veulent pas pour autant sortir de leur “zone de confort”. Le PUR très sympa, un discours de rupture mais est-ce pour l’homo senegalensis ? Madické, la diversion, le overflow room du régime pour mettre en “attente” certains électeurs et les empêcher de basculer vers le camp adverse ? Les deux seuls candidats de rupture c’est Sonko et Issa. Mais qu’en sera-t-il à l’épreuve du real-senegalensis ? J’ai un doute méthodique sur leurs capacités objectives à faire le basculement vers un Sénégal de rupture. Mais ils n’ont presque jamais rien géré pour les aligner sur les mêmes responsabilités que les autres du système. L’arrimage de Issa sur un modèle confrérique, les dernières démêlées de Sonko sur les conflits d’intérêts et les imprécisions de son discours sur des dossiers de gouvernance importants renforcent les susceptibilités et méfiances. Sont-ils des inconsciemment-incompétents ? Je le crois. Les sénégalais vont-ils prendre le “risque” pour en élire un ? Wait and see.

Globalement la coalition de Macky est effrayante. Si elle passe ce qui me semble presque assurer vu le verrouillage et la mascarade qui entourent cette présidentielle, nous risquons encore de revoir l’image et la silhouette de gens comme Tanor. Pouvons-nous citer une seule contribution concrète de Tanor à la vie économique de ce pays ? Je n’ai pas souvenance d’une action posée par ce gars sangsue politique et coach de petit aspirant monarque. La rupture ne peut intervenir que si on se débarrasse de ces sangsues. Même Sonko et les autres devraient dire ceci à leurs militants : si on dégage Macky, vous aussi vous allez retourner à votre travail. Les opportunistes accrochés au train de l’histoire doivent le comprendre. C’est une autre forme de transhumance. Les Gadio, Mimi, Arona Ndoffene en ont usé.

Il ne faut pas qu’une clientèle en remplace une autre. La tragédie de Macky vient de là. Etre sans parti ni structure et devoir recaser des alliés incompétents. Le comité de Macky est une caisse de sécurité sociale pour indigents et naufrages politiques. Des gosses à la force de l’âge qui savent pas ou plus travailler. Des dinosaures au crépuscule de leurs vies mais qui ne peuvent plus quitter les lambris. Des voleurs en sursis qui cherchent refuge sous l’épée de Damoclès du régime. Des meutes de mercenaires prêts à servir tous les régimes. Puis les affairistes qui défendent leur pain et élargissent leur butin si possible. Sans oublier les éclopes qui ont attendu en vain la “révolution” et qui veulent se soigner, rembourser leurs dettes, rouler enfin en Mercedes. Et puis des ilots de gens quand même compétents mais qui manquent peut être de “courage et d’indépendance”.

Mais encore une fois. Il faut que chacun accepte de “retourner” à “son” travail. Et se reposent les questions fondamentales liées à la structure de notre gouvernance interne qui doit être adossée sur la méritocratie. Quels candidats mettre en compétition pour les postes stratégiques ? Cela ne signifie pas remettre en cause le caractère politique du gouvernement. Mettons les meilleurs sénégalais à la place qu’il faut, donnons des opportunités et une chance égale à tous, respectons les spécificités culturelles et religieuses, encadrons cela par la transparence, l’égalité devant la justice et une reddition des comptes. Nous pourrions rêver d’un nouveau Sénégal.

NKEN

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *