ÉMISSION TÉLÉVISÉE CULTURELLE DE LA RTS AVEC NDUKUR KACC ESSILUWA NDAO

Emission télévisée de la RTS – radio télé nationale – pour parler notamment de l’anthropologie. En compagnie d’autres invités. Émission en wolof animée par Yaxam Mbaye et Mariéme Sy. Dommage pour les non usagers de cette langue nationale du Sénégal. Read more

LE NIANTHIOURANGAL CHEZ LES BEDIKS OU UNE AUTRE FORME DE CELEBRATION INITIATIQUE DU MARIAGE (VIDÉO)

Ndukur Kacc Essiluwa Ndao et Matar Ndour

Fête initiatique des femmes Bedik. Elle ne s’organise que par 4 ans. C’est la plus grande fête initiatique qui ne regroupe que des femmes mariées. La procession rituelle est organisée selon les classes d’âge. Des plus vieilles aux plus jeunes. Les célibataires sont exclues du rituel pendant trois jours. C’était dans un des villages bedik qui s’appelle Bantata dans le Tomboroncoto, région de Kédougou. Le Nianthiourangal, une foire initiatique pour célébrer et consacrer la puissance du mariage et prier pour protéger les femmes et leur fécondité. Toutes classes d’âge mariées confondues. Le prochain devrait se tenir en 2018.

© Projet ethno photographique. Signes et symboles. Matar Ndour et NKEN. Août 2018. Vidéo : Benoit Fader Kéita

EXPOSITION SIGNES ET SYMBOLES : MATAR NDOUR, RAMA CISSOKHO YADE, NDUKUR NDAO (VIDÉO). PLACE SOUVENIR AFRICAIN, DAKAR – SÉNÉGAL

Grande exposition à la place du Souvenir africain à Dakar. Entre le photographe  Matar Ndour,  la styliste Mme Yade Rama Cissokho et l’anthropologue Ndukur Kacc Essiluwa Ndao. Les sciences sociales dans leurs complexités. 

CULTURE EN FETE. INTERVIEW MATAR NDOUR ET NDUKUR KACC ESSILUWA NDAO

Dans le cadre de leur projet ethno-photographique intitulé Signes et symboles, le photographe Matar Ndour et l’anthropologue Ndukur Kacc Essiluwa Ndao, au micro de Régina Sambou de Sud FM.

INTERVIEW NDUKUR. EXPOSITION PROJET ETHNO-PHOTOGRAPHIQUE MATAR NDOUR ET NDUKUR A ZIGUINCHOR

Du 15 au 31 mars 2017, le photographe Matar Ndour et le socio-anthropologue Abdou Ndukur Kacc Ndao ont exposé dans la galerie Zig Zag de l’Alliance française de Ziguinchor au Sénégal. Une exposition qui a pour thème les signes et symboles. Plusieurs cultures ont été exposées parmi lesquelles les bedik, bassaris, ajamaat, les sérères, peuls et lébous du Sénégal et les bijagos de la Guinée Bissau.
Dans cet entretien avec le Groupe Média du Sud, Mme Sankourou Tamba revient avec Ndukur Kacc Ndao sur les principales symboliques de cette exposition.
Entretiens…

 

LE “ROI DE MLOMP”

Siboukiane Sambou, Roi de Mlomp Kassa dans ses attributs. Il s’agit plus d’une fonction de “prêtrise” que politique. Il est vrai qu’il reste politiquement influent au regard de sa stature symbolique et de gardien des normes et principes de cohésion entre les ethnies de son “Royaume”. Il joue aussi une fonction sociale importante en aidant les indigents et autres groupes vulnérables. 

Le “Roi” est une fonction à vie. Sa désignation ou nomination obéît à des rituels complexes et des critères précis qui ne sont pas fondés sur l’hérédité familiale. Le “Roi” reste encore en Casamance, une personnalité spirituelle très respectée. 

Texte : Abdou Ndukur Kacc Ndao, Socio-anthropologue

Photos : Matar Ndour

Cameraman : Benoit Fader Keita

LE KABISSEU DE DJIBONKER, NYASSIA

Tam-Tam sculpté à base de Caïcédrat. Il est un puissant instrument d’information et de communication sociales. A Djibonker dans le Nyassia, au cœur de la la Casamance, depuis 1952, ce tam-tam immobile appelé aussi en Diola Kabisseu ou Djokourimane en Bainounk, est utilisé notamment pour informer les populations de la mort d’une vieille personne. 

Seuls les initiés ont le droit de l’utiliser. Ce “téléphone diola” est un des éléments culturels constitutifs de la culture casamançaise. Il est vrai que nous en rencontrons de moins en moins. Il reste qu’il constitue une oeuvre esthétique et musicale impressionnante qu’il faut classer dans notre répertoire culturel national.

Equipe Studio de Brousse

Texte : Abdou Ndukur Kacc Ndao

Photos : Matar Ndour

Cameraman : Benoit Fader Keïta

 

Journée Internationale de la Femme : Ëmën Cëma Bësuwar Bëdik

Une femme Bedik dans un jardin communautaire de Bandafassi, Kédougou au Sénégal. Une façon de célébrer le travail immense accompli par les femmes rurales loin des séminaires et autres festivités mondaines. Ëmën Cëma Bësuwar Bëdik (Merci aux femmes Bediks).

Texte : Abdou Ndukur Kacc Ndao

Traduction : Benoit Fader Keïta

Photo : Matar Ndour

NIATHIOUROUNGAL, LA FETE DES FEMMES MARIEES BEDIK A BANTATA

Chaque 4 ans, se tient à Bantata, dans la Commune de Tomboroncoto, département de Kédougou, le Niathiouroungal, fête des femmes mariées. Une cérémonie qui a regroupé une centaine de femmes mariées pendant 48 heures aux sons et danses du Niathiouroungal. Sur la place publique, sous la supervision du vieux Moussa Camara, chef de coutume des villages de Bantata et Bandafassi.

Une danse pour magnifier le mariage et la fertilité des femmes. Elle a pris fin par une longue procession des femmes entre le grand caïcédrat et une place désignée à cet effet.

Texte : Abdou Ndukur Kacc Ndao, Socio-anthropologue

Photographe : Matar Ndour

0E0O7518 0E0O7623 0E0O7601 0E0O7591 0E0O7565 0E0O7470 0E0O7559