ENTRE ANTHROPOLOGIE ET PHOTOGRAPHIE

Abdou Ndukur Kacc Ndao

Un bel article de Rose Samb dans un journal Actuelle sur notre projet Studio de brousse. «Studio de Brousse», une randonnée ethno-photographique à travers le Sénégal, un panorama en quelque sorte de nos cultures souvent méconnues par nos compatriotes. Un projet scientifique et artistique qui a déjà réussi à capter, lors de sa première phase, certaines complexités de nos cultures cachées à travers la photographie, la camera et la socio-anthropologie :

– les pratiques culturales et pastorales;
– les techniques de pêche et autres activités de production économique…
– l’architecture et l’artisanat ;
– l’art culinaire ;
– l’art de la vêture et de la parure ;
– les cérémonies initiatiques et rites de passage ;
– les fêtes ainsi que les chants et danses qui les ponctuent ;
– les cérémonies familiales (baptême, mariage, etc.) ;
– les scènes de vie quotidiennes évocatrices.

11113143_988472737832633_1587286114844185738_n10930148_988472851165955_4637894270426381344_n

GAHERADEMY BINDIA DIT BALINGHO : L’HEUREUX GARDIEN DE LA VALLÉE

 Gaherademy Bindia dit Balingho est né vers 1945 à Ethiolo, un des fiefs Bassari. Il est le gérant du Campement touristique”La vallée heureuse”. Un campement qui comprend également un petit musée qui expose des masques traditionnels Bassari.

 Balingho est en même temps un des notables les plus écoutés du village de Ethiolo. Il est consulté presque par tout le village lorsqu’il y a conflit. «J’ai réglé beaucoup de litiges dans ce village, parce que les gens me font confiance et m’écoutent» affirme-t-il.

 Par ailleurs, Balingho fut pendant 10 ans, Vice-président de la communauté rurale de Salémata. Le campement est l’un des nombreux projets qu’il a mis en place pour soutenir l’action culturelle et touristique de son village. 

 De commerce facile et toujours jovial, Balingho est aujourd’hui, à travers la maîtrise de l‘art Bassari, une des mémoires les plus vivantes de sa culture.

 Bravo à l’heureux gardien de la Vallée.

Benoit F. Kéïta

Photographe : Matar Ndour

BENOIT FADER KEITA (BFK) : AU CŒUR DU STUDIO DE BROUSSE

BFK est né le 12-03-1986 à Bandafassi dans la Région de Kédougou. Il a fait ses études élémentaires à l’école Marcel Paravy de la Mission Catholique de Kédougou. Après avoir obtenu le CFEE (Certificat de Fin d’Etudes Élémentaires), il a poursuivi ses études au lycée Maciré BA de Kédougou ou il a obtenu le BFEM (Brevet de Fin d’Etudes Moyennes) en 2004, puis le BAC en 2007.

BFK fut orienté à l’Université  Cheikh Anta  Diop de Dakar au Département d’Anglais. Après la troisième année en 2010, il a obtenu le Certificat de Licence. En 2011, il s’est inscrit à IPMICA (Institut Panafricain des Métiers de l’Informatique et de la Communication Audiovisuelle) à Dakar. Après deux ans de formation, il a obtenu un DTS-A (Diplôme de Technicien Supérieur en Audiovisuel) option Réalisation/Montage vidéo, ce qui lui a permis de faire un stage pratique à la RTS1, au Service de montage de Novembre à Décembre 2012, puis un autre stage pratique de caméraman de Mai à Novembre 2014 à Yacine Production qui réalise l’Emission «Dakar Feeling » qui est diffusée à la RTS1.

Depuis 2005 ; BFK s’est lancé dans la musique Hip-Hop, le Reggae. Le principal thème qui est abordé dans ses chansons est la promotion de la culture et de la langue Bedik.

BFK est multilingue. Il parle le  Bedik, sa langue maternelle, le Français, l’Anglais le Pulaar, le Bassari, le Malinké.

BFK est l’assistant et caméraman du projet « Studio de Brousse » et travaille sous la supervision de Matar Ndour (photographe) et Abdou Ndukur Kacc Ndao (socio-anthropologue).

MATAR NDOUR, PHOTOGRAPHE ATYPIQUE AU CŒUR DE LA BROUSSE SENEGALAISE

Matar Ndour, photographe sénégalais au parcours atypique, fait partie de ces artistes pour qui la photographie est avant tout l’art de transmettre une émotion, une rencontre, l’envie de capter plus qu’une image, un moment de vie. Personnage discret et sensible, il a fait de ce qui n’était à l’origine qu’une passion, son mode de vie et bénéficie aujourd’hui d’une belle reconnaissance internationale. Matar Ndour est né en 1956 à Diourbel  (Sénégal) travaille et vit à Dakar  en 1987 il débute par la photographie mondaine, au sport mécanique, à la mode, l’architecture et à la photographie industrielle.

En 1995 Matar ndour change d’approche pour la photographie artistique. Il sera exposé pour la première fois en 1996, au centre culturel français de Dakar, à la galerie 39 dans le cadre du Mois de la photo. A partir de cette date Matar va participer à de nombreuses expositions et vivre de belles expériences autour de son art. En 2000, il présente dans la gare de Dakar, des portraits réalisés lors d’un voyage en train entre Dakar et Bamako. En 2001, à la bibliothèque universitaire de Dakar UCAD. 2003 en Bretagne où il présente son travail à bord d’un bus parcourant la ville, la même année il participe aux rencontres africaines de la photographie de Bamako. Privilégiant toujours l’échange et les rencontres au cadre élitiste des galeries, Matar participe en 2005 à un workshop de la photographie organisé par la fondation Jean Paul Blachére à joucas.

Puis en 2009 à un projet autour de la ville de Bagnolet. Il émergera de ses balades à travers la ville et de ses moments passés avec les habitants, des clichéstrès originaux, un regard inédit sur cette banlieue. A travers des portraits, des photographies d’architecture, d’ambiance et des éléments du quotidien tels que les tags ou les arrêts de bus, Matar met en relief la beauté là ou on ne l’attend pas. Toujours en quête de nouveau projet c’est sur sa terre natale au Sénégal que Matar travaille actuellement, dans la région de Kédougou à Bandafassi, où il souhaite faire connaître à travers ses clichés, une communauté minoritaire ignorée et isolée. Matar déroule ce projet avec son compatriote, le socio-anthropologue, M. Abdou Ndukur Kacc Ndao.

Expositions photographiques  

2003 : Festival les arts dînent à l’huile à Douarnenez en Bretagne

2008 : Off biennal des arts plastiques de Dakar au CCF2010     : Hommage aux grands lutteurs Sénégalais, institut français Dakar

2011 : Hommage aux grands lutteurs Sénégalais Alliance française Ziguinchor

2012  : Hommages aux grands lutteurs Sénégalais Institut français Saint-Louis2012     : off biennal des arts plastiques de Dakar à l’hôtel ONOMO Dakar.

2015 : Studio de Brousse avec Abdou Ndukur Kacc Ndao, Sénégal

Expositions collectives   

1996 : Galerie 39 Dakar 4eme éditions du mois de la photo

2000 : Direction de la régie des chemins de fer de Thiès. A la grande gare de Dakar  train Dakar  Bamako

2001    : A la bibliothèque universitaire de Dakar

2003 : Bamako, 5eme rencontre africaine de la photographie

2004 : Hôtel Mercure  Rencontre avec les talents d’Afrique

2005 : Musée dé ARTE Moderne du Bahia Brésil : Joucas France avec la fondation j p Blachere

2006 : Nouvelles africaines . Quand l’Afrique s’exporte en images paris 20e: Galerie nationale world press 2eme prix culture

2010 : Agen France avec le collectif Artforme.

Publications    

Portrait de ville : Guédiawaye avec le collectif  hémisphère sud

Dakar émoi    avec les éditions de vives voix

Une bouteille à la vie KIRENE. Avec les éditions de vives voix

Africa.es 7 escritores espanoles en Africa  Juan Bonilia

2011    : Monographie : Arènes sénégalaises collection sunu cossan   Reportages photos  Thématiques

2009 : mission au Niger pour OXFAM novib sur « la crise alimentaire »

2010  : mission à  Kolda, Vélingara ; et dans le Ferlo pour AVSF : agronomes et vétérinaires sans frontières  «  Regard sur l’ensemble  de  leurs activités et réalisations » missions suivie d’une exposition photo itinérante et réalisation de calendrier 2011

2011 Reportage photographique pour  l’ASBEF  association familiale pour le bien être familial, thème «  sante de la reproduction des jeunes ».

Informations

Matar NDOUR photographe

Photos  www.flickr.com/photos/matarndour

E-mail ;  ndourawaly@yahoo.fr

Tel    00221 77 632 87 66