[ETHOLOGIE] BUBO AFRICANUS : OISEAUX DE LA CHANCE   

Ndukur Kacc Essiluwa Ndao

De la famille de strigadae et du genre bubo raison pour laquelle on l’appelle Bubo africanus ou chouette ou hibou même s’il existe des différences. En diola bandial et oussouye, on l’appelle Ekololang.

En pays ajamaat, il est réputé comme un oiseau de la chance. Il ne craint pas les peuplements humains et peut habiter dans une maison. L’ésotérisme ajamaat le considère comme un oiseau porte-bonheur qui ne vit que chez des gens chanceux. Il est recommandé de le garder et d’éviter de le chasser dans ce cas.

L’esthétique des oiseaux et les imaginaires sacrés des ajamaat révèle une sorte d’ambivalence qui mérite d’être analysée avec finesse et en profondeur. Le bel oiseau flamand rose porte malheur. Le hideux grand duc porte chance. Le statut manichéen de l’ésotérisme ajamaat est il proportionnellement lié à la laideur ou beauté des oiseaux ? 

En attendant beaucoup d’ajamaat souhaiteraient accueillir chez eux cet horrible oiseau carnacier et qui fait peur. C’est sans doute un des oiseaux qui hante le plus nos imaginaires mais qui porte bonheur dans la culture de ces peuples des rivières.

© Projet ethno photographique. Signes et symboles. Matar Ndour. Août 2018.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *